Je me réveille, j'entends du bruits. Je crois qu'il y a des gens dans ma maison, je sort de mon lit et tente de me dirigée mais je ne sais pas, je ne sais plus. Où vais-je  et où suis-je ? Je me rend compte qu'il fait jour, une belle luminosité filtrant de la porte vitrée. Quelle heure est il ? Tant bien que mal je tente de me ré-orienté, et après quelques minutes je crois avoir fait le tour de la maison, je n'ai trouvé personne. Je m'assoie à la table de la cuisine encore désorienté. Le téléphone sonne me faisant sursauter.
- Allô ?
- Coucou c'est moi
- (Ma petite fille). C'est Gabrielle ?
- Non Mémé moi c'est Emma
- Excuse moi ma poule j'ai confondue (Gabrielle est ma fille)
- Comment vas tu aujourd'hui ?
- On fais allez
- Qu'est ce qui ne vas pas ?
- oh tout et rien
- tu as été marchée ?
- non
- mais mémé il fait beau aussi chez toi non ? c'est pour ton bien sinon se sera de plus en plus difficile
- je sais mais je n'avais pas envie. Sinon ça va ton école ?
- oui je bosse dur et puis voila
- tu es où déjà ?
- mémé essaie de te souvenir ça fais un an que j'y suis
- j'y arrive pas dit moi s'il te plaît
- A Dijon
- a oui, dis voir tu vois ta mère ce soir ? tu rentres bien manger ?
- Mémé, maman habite à plus de deux heures de route je ne rentres pas manger le soir. Tu te rappelle j'ai un appartement ?
- a bon
- oui mémé les photos que je t'avais amené sa te reviens ?
- tu ne m'as jamais amené de photos enfin peut être
- ce n'est pas grave. sinon tu faisais quoi ?
- je dormais
- mais Mémé il est 16h30 tu ne vas plus dormir ce soir
- ben oui mais j'étais fatiguée
- d'accord, je dois te laisser je dois travailler, prend soin de toi
- mais je fais quoi maintenant ?
- je ne sais pas; va te promener si tu as envie ou te mettre au soleil avec le journal dans le jardin
- euh oui mais après ????
- ne t'inquiètes pas l'infirmier va passer pour ta piqûre comme tout les jours
- ah d'accord
- ne t'inquiète pas tout va bien, je te fais de très gros bisous et je viens te voir samedi, je rentres a la maison pour le Week-end
- d'accord, je t'embrasse fort ma poule
- gros bisous Mémé je t'aime
- moi aussi ma poule

Je repose le téléphone. Autour de moi, sur le secrétaire beaucoup de papier, j'écris tout pour me souvenir mais ce la ne change rien, j'oublie que j'ai écrit, sur plusieurs morceaux de papier encore et encore les même numéros écrit et réécrits dont celui de ma fille et de ma petite fille. Soudain je me demande ce que je fais là  assise devant le secrétaire, quelqu'un m'aurait -il appelé ? Je ne saurais le dire
.


Ma grand mère a vaincu le cancer, appris à vivre avec un diabète insulino dépendant, et finalement on lui a diagnostiquée un accord de Levi. C'est une variante de la maladie d'Alzheimer, les symptômes sont les mêmes, la différence se trouvant dans le fait que dans cette maladie cela se produit par phases : tout peut très bien aller pendant trois mois puis se redégrader et ainsi de suite, sans que quoi que se soit ne prédise une rechute, ni que les phases soit d'une durée déterminée, qqs heures, qqs jours voir semaines nul ne sait.

Le 13 juillet, elle est morte, je ne sais pas si on peut dire qu'elle à céssée de se battre mais je suis persuadée que maintenant elle se sent mieux, elle est enfin libérée de toutes ses souffrances. Et même si elle me manque énormément, même si ce vide ne se comblera jamais, je pense que de là haut elle pose sur moi un regard bienveillant et qu'elle me guide et m'encourage avec mes deux grands pères. Eux partis il y a maintenant plus de dix ans, eux qui chaque jour me manquent un peu plus, eux qui sont partis aussi bien trop tôt.
Eux tous que je sais en paix, serein mais que j'aimerais égoîstement avoir gardés près de moi.

Eux que j'aime.

Extrait de chanson Bénabar